Go
Mobiles-Actus > Actualités > GPS > Test du AR Drone Parrot

Test du AR Drone Parrot

Posté le Vendredi 8 Octobre 2010 par Kevin Kienlen
Test ar drone parrot

Parrot, société française fondée depuis 1994, s'était spécialisée dans le matériel électronique et les systèmes audio embarqués. Depuis, la société s'est diversifiée et apporte une nouveauté qu'aucun constructeur n'a réussi à faire jusqu'à aujourd'hui : rendre accessible l'aéromodélisme à tous les possesseurs d'iPhone !



C'est au CES 2010 de Las Vegas, qu'a été présenté le fameux quadricoptère AR.Drone Parrot, qui était encore à l'état de prototype et malheureusement interdit de Wifi à ce moment là. Dommage pour la présentation, qui a dû se dérouler dans un enclos fermé, sans démonstration de pilotage.

Annoncé pour cet été, l'AR.Drone est finalement sorti le 18 août de cette année, dans la plupart des FNAC de France. Acheté le jour même, nous avons testé le Drone en bons geek que nous sommes pour nous en faire notre propre idée. Initialement prévu pour fin d'août, le test a été repoussé jusqu'à ce jour suite à certains problèmes inattendus. Notre jouet n'ayant survécu qu'une semaine, nous sommes rentré en contact avec Parrot pour connaitre les raisons des bugs rencontrés et usures prématurées.

Voici donc le test du AR.Drone Parrot, un aperçu de ce jouet réservé aux possesseurs d'iPod, d'iPhone et maintenant d'iPad !


Prise en main et utilisation du drone

La boite contient le Drone et ses accessoires, à savoir une carène d'intérieur et une carène d'extérieur, un chargeur de batterie, la batterie LiPo et un guide d'utilisation. Pas de télécommande, simplement une application disponible sur l'App Store pour trouver le logiciel de pilotage AR.FreeFlight. En le retournant, le carton de la boite sert également de zone de décollage ou d'atterrissage, intéressant pour apprendre à décoller et reposer l'engin au bon endroit.



En premier lieu, il faut charger la batterie pendant 3h, le temps de feuilleter le manuel et de faire les mises à jours Firmware, ce qui est fortement recommandé par le constructeur :

http://ardrone.parrot.com/parrot-ar-drone/fr/support/update



Après avoir installé l'application sur notre iPhone de test, nous l'essayons en intérieur avec la carène renforcée pour éviter de l'endommager. Au démarrage de l'application, il faut synchroniser le drone en Wifi, n'oubliez donc pas de l'activer AVANT de lancer l'application. Une fois synchronisé, l'interface apparait avec le retour vidéo de la caméra frontale, les joysticks virtuels et les boutons de décollage/atterrissage, de changement de caméra, de configuration et d'arrêt d'urgence. Dans les options de configuration, c'est un peu fouillis, beaucoup de paramétrages sont ajoutés les uns en dessous des autres en anglais et sans description.

Dans un vacarme et souffle monstrueux, le drone décolle et se stabilise dans les airs. Pour quelques temps seulement, car à peine dirigé vers l'openspace du bureau, on reçoit des messages d'alertes d'ultrasons venant parasiter le contrôle du drone. Et c'est la que commence le drame, enchainant crash sur crash, l'appareil devient difficilement maitrisable, entre interférences électroniques et les turbulences créées par le vortex d'air.

Conseil d'utilisation à l'intérieur : nous vous recommandons fortement d'utiliser le drone dans un endroit loin des interférences et spacieux (dommage pour les étudiants vivant dans un 15m carré...).

La prise en main est assez facile d'approche, mais requiert beaucoup d'entrainement pour apprendre le comportement du drone, maitriser l'inertie, paramétrer la sensibilité. Tout ça n'est pas simple avec 15 minutes d'autonomie et 3h de cycle de charge.



Après quelques essais (et crash...) l'appel de l'extérieur s'est fait sentir. Décollage depuis le salon, c'est par la fenêtre du deuxième étage de notre immeuble que le drone fait sa sortie. Un nouveau facteur entre en compte : le vent. Aussitôt sorti, le drone est aspiré et projeté dans la direction du vent, impossible de le rattraper à contre sens !

Conseil pour l'utilisation à l'extérieur : mettre la carène extérieur pour limiter la force des effets du vent, et passer en mode "extérieur" dans les paramétrage. En fonction de la force du vent (même à peine perceptible), ajuster le "pitch" pour accentuer l'inclinaison et compenser les effets.

Évidemment, les gens de passages sont étonnés et s'arrêtent pour regarder l'OVNI dans la rue, poursuivi par un caméraman sans télécommande. Voici la petite vidéo, après plusieurs essais de stabilisation, de la démo en extérieur :




Résultats

Après quelques jours de test, à raison d'1/4 d'heure par jours, nos impressions sont quelques peu mitigées. D'abord, la qualité des matériaux utilisés, bien qu'il soit de conception française, la carène d'intérieur est fragile et se craquèle. Voici le résultat d'une dizaine de chutes à plus ou moins 1 mètre de hauteur :



La souplesse des matériaux font se déformer l'ensemble des éléments, les hélices percutant alors l'intérieur des cercles. Cela entraine une coupure des moteurs par le système de sécurité. Dès qu'une hélice est bloquée, tout s'arrête pour prévenir des dégâts ; pratique, mais pas sans danger, puisqu'à chaque fois le drone se laisser tomber brutalement. Pas forcément rassurant pour la batterie LiPo connue pour ceux qui connaissent ses propriétés "instable".


Constats

Robuste dans l'ensemble, le drone peut résister à des chutes de plusieurs mètres, du moment qu'il soit parfaitement à l'horizontal. C'est d'ailleurs un point faible de la conception, certains endroits sont très fragiles et ne manqueront pas de se casser rapidement. Une boutique d'éléments de remplacements est déjà en ligne, ce qui montre bien que la casse est à prévoir...

Autre point que nous regrettons, l'exclusivité pour terminaux Apple. Utilisant le Wifi pour générer un "hotspot" auquel on se connecte avec son iPhone/iPad/iPod pour le contrôler, il aurait été agréable de pouvoir le piloter avec un smartphone ou tablette Android en guise de manette. Hélas, selon Parrot, cela n'est pas possible car Android limite l'utilisation Wifi, raison pour laquelle rien n'a encore été développé. L'ingénieur en charge du projet est resté vague quant à un portage futur vers Android.



Petite déception également sur l'évolution du produit et de son logiciel, qui restera très limité. La réponse du responsable du projet est clair : "c'est produit fini et simple, un quadricoptère et son logiciel pour le piloter, point." Même si un second logiciel de réalité augmentée devrait voir bientôt le jour (prévu pour septembre 2010), il ne sera vraisemblablement jamais possible d'apporter des fonctions comme enregistrer ses vidéos de vols ou prendre des photos. Une version "HD" du logiciel AR.FreeFlight pour iPad est en projet, mais rien de concret encore.

Côté positif, Parrot a mis à disposition des développeurs son API, téléchargeable gratuitement ici : http://projects.ardrone.org/. Une application permettant la capture de vidéo est déjà disponible sur l'App Store d'ailleurs.


Conclusion

Au final, l'AR.Drone Parrot est un jouet sympathique et original, et si vous voulez vraiment faire plaisir à un geek à Noël, n'hésitez pas à lui offrir le combo AR.Drone + iPad (ou iPod Touch). Mais gardez à l'esprit que c'est un jouet pour adulte - sans ambiguïté - qu'il faut savoir maitriser pour ne pas l'endommager trop vite.

L'autonomie et l'utilisation obligatoire d'un terminal mobile Apple sont des freins à sa démocratisation, d'autant plus qu'il n'est pas à mettre entre toutes les mains vu son prix et sa fragilité.

On souhaiterait vraiment voir une évolution du concept, porté sur tous les smartphones et tablettes, car cette première version semble plus tenir d'un prototype qu'un produit fini pour M. tout le monde.

Points positifs :
- Utilisation de la réalité augmentée
- Manette originale (iPhone/iPod/iPad)
- Coques interchangeables
- C'est un joujou français !
- Inutile mais indispensable
Points négatifs :
- Autonomie trop courte (15 minutes)
- Certaines parties fragiles
- Instable par moment
- Application limitée au pilotage
- Pas de portage sur Android


Offres partenaires

Les commentaires des internautes

Réagissez à cet article !

Votre pseudo : Votre email : Votre email : Votre message :
Merci d'éviter le langage SMS, de rester courtois, et de soigner votre écriture !

Top promo
Garmin GPS 60
Garmin GPS 60
172,90 €
Garmin GPSMAP 78
Garmin GPSMAP 78
221,00 €
Garmin Zumo 350LM
Garmin Zumo 350LM
301,48 €
Garmin Nuvi 1340
Garmin Nuvi 1340
159,90 €
Plus de promos
Top produits Garmin GPS 60, Garmin GPSMAP 78, Garmin Zumo 350LM, Garmin Nuvi 1340, Garmin GPS 72H, Garmin Nuvi 245W
Nouveaux produits Garmin Zumo 350LM, TomTom Start 60, TomTom Via 135, TomTom Via 130
Constructeurs Sony, Nokia, LG, Acer, TomTom, Garmin, iriver, Navigon, Airis, Asus, Becker, Blaupunkt Nouveaux tests LG G2, HTC One Mini, Blackberry Q5, Asus Padfone Infinity, Nokia Lumia 625, Samsung Galaxy S4 mini
Actualités Coyote n'aime pas Waze qui est...
30 euros remboursés pour l'achat d'un...
Google Maps attaqué par la police...
TomTom : offre de remboursement jusqu'à...
Parrot Asteroid Smart, Tablet et Mini
Renault Clio 4 : un Coyote en série